Comité de sélection

Le Prix de photographie Banque Scotia est décerné par des pairs de partout au Canada qui sont tous des experts du milieu canadien de l’art contemporain. Le comité de sélection est composé de directeurs de galeries d’art, de conservateurs et de commissaires, d’artistes actifs, de professeurs, d’auteurs et de critiques.

Chacun d’eux proposera un candidat. Un jury de trois personnes, présidé par Edward Burtynsky, examinera ensuite les candidatures.

Wayne Baerwaldt

Wayne Baerwaldt est conservateur d’arts visuels et producteur média. Il a commandé et coproduit de nombreux événements, expositions, symposiums, installations vidéo et publications d’envergure internationale qui emploient des stratégies artistiques. Ses projets les plus récents comprennent The Shadow of the Sun : Ross Bleckner and Zachari Logan à la University Art Galleries de l’Université de la Saskatchewan, Thierry Marceau : The Great One’s Back à l’Art Gallery of Alberta et une série d’œuvres commandées par la Corporation Cadillac Fairview. Il travaille actuellement à une exposition itinérante de portraits photographiques en collaboration avec Blake Little, un artiste de Los Angeles, ainsi que sur une sculpture sociale à la mémoire de Sitting Bull qui sera érigée près de Wood Mountain, en Saskatchewan. M. Baerwaldt est artiste en résidence du projet Socially Engaged Practice de Michele à l’Université de Régina (MAP et écoles commerciales Hill/Levene).

Jessica Bradley

Jessica Bradley est une conservatrice indépendante et une consultante diplômée en littérature anglaise, en histoire de l’art, en communication et en études culturelles. Elle a été conservatrice adjointe, Art contemporain, du Musée des beaux-arts du Canada et conservatrice, Art contemporain, du Musée des beaux-arts de l’Ontario, où elle était responsable des programmes d’expositions et de l’acquisition d’art contemporain dans tous les domaines. Elle a enseigné l’art contemporain et la théorie critique à l’Université d’Ottawa et à l’Université Concordia, à Montréal. Mme Bradley a également été nommée commissaire de la délégation canadienne à la Biennale de Venise à trois reprises. On lui doit aussi un vaste corpus sur l’art contemporain canadien et international, dans des catalogues d’exposition, des monographies et des anthologies. Elle a organisé de nombreuses expositions individuelles et collectives au Canada et à l’étranger, y compris Counterpoints: Photography through the Lens of Toronto Collections, au Art Museum de l’Université de Toronto, la 20e édition du festival de photographie CONTACT, en 2016; l’exposition Rodney Graham: A Little Thought, au Musée des beaux-arts de l’Ontario, en 2004, et en tournée au MOCA, à Los Angeles, au ICA Philadelphia et à la Vancouver Art Gallery, et The Bigger Picture, Contemporary Photography Reconsidered, au Musée des beaux-arts de l’Ontario, en 2000. Mme Bradley a fondé sa propre galerie d’art à Toronto, qu’elle a dirigée de 2005 à 2015.

Mary Bradshaw

Mary Bradshaw est directrice du département d’arts visuels du Yukon Arts Centre, où elle sent que son rôle le plus important est de faire le pont entre le public et l’art contemporain dans le Grand Nord. Sa passion et ses connaissances en enseignement des arts et en muséologie l’ont amenée à occuper divers rôles administratifs dans des centres d’artistes et des musées publics, ainsi que dans le cadre d’un événement sportif national. Convaincue qu’il n’y a peu de tâches plus sous-évaluées que l’ouverture de caisses dans une galerie d’arts, elle ne rate jamais l’occasion d’y jeter un coup d’œil en quête de trésors. Mary Bradshaw détient une maîtrise en muséologie de l’Université de Newcastle, au Royaume-Uni, et a été stagiaire à la Tate Britain. Elle a été membre du jury pour la remise du Sobey Art Award, a été nommée bénévole de l’année pour son travail dans l’organisation de la conférence nationale de l’Association des musées canadiens à Whitehorse. En outre, elle est la secrétaire du Groupe des Amis du musée de la Yukon Permanent Art Collection.

Noa Bronstein

Noa Bronstein est une commissaire et écrivaine basée à Toronto. Sa pratique est axée en grande partie autour d’enjeux ayant trait à l’élaboration de lieux et d’espaces et réfléchit à comment les artistes perturbent et renversent des systèmes, dont ceux qui paraissent à travers diverses structures sociales, politiques et économiques. Noa a occupé plusieurs postes dans le domaine artistique, dont ceux de directrice générale de Gallery 44 Centre for Contemporary Photography et de première conservatrice principale au Small Arms Inspection Building (Mississauga). Ses écrits ont été publiés dans PREFIX Photo, Canadian Art, Border Crossings, The Journal of Curatorial Studies et C Magazine. Ses projets récents de commissariat incluent When Form Becomes Attitude à Contemporary Calgary, bust/boom à la New Gallery (Calgary), With an instinct for justice à la Doris McCarthy Gallery (Toronto) et l’exposition solo d’Aleesa Cohene I Don’t Get It à Gallery 44 (Toronto), The Rooms (St. John’s) et Western Front (Vancouver). Noa est actuellement chargée de projet au département des expositions du Musée des beaux-arts de l’Ontario.

Lorna Brown

Artiste en arts visuels, auteure, éducatrice et éditrice, Lorna Brown est née au Canada en 1958. Elle est actuellement directrice et conservatrice à la Morris and Helen Belking Art Gallery.  Depuis 1984, ses œuvres ont été présentées dans le cadre de nombreuses expositions internationales. De 1999 à 2004, Mme Brown a été directrice et conservatrice à la Artspeak Gallery. Elle est membre fondatrice du Other Sights for Artists’ Projects, un regroupement d’artistes, d’architectes et de conservateurs qui présentent des projets tenant compte des conditions changeantes de la vie et des lieux publics. Elle a aussi enseigné à la Emily Carr University of Art and Design et à l’Université Simon-Fraser. Ses projets les plus récents comprennent notamment Digital Natives Institutions by Artists. Mme Brown a aussi reçu un grade honorifique de la Emily Carr University of Art and Design (2015), le Visual Arts Award du Vancouver Institute (1996), ainsi que le prix Paris Studio du Conseil des arts du Canada (2000). On retrouve ses œuvres dans de nombreuses collections, notamment celles de la Morris and Helen Belkin Art Gallery, du Musée des beaux-arts du Canada, du Conseil des Arts de la Colombie-Britannique, de la Surrey Art Gallery et de la Banque d’art du Conseil des arts du Canada.

Louise Déry

Louise Déry, doctorat en histoire de l’art, est directrice de la Galerie de l’UQAM et professeure associée au département d’histoire de l’art de l’UQAM. Auparavant conservatrice au Musée national des beaux-arts du Québec et au Musée des beaux-arts de Montréal et directrice du Musée régional de Rimouski, elle a été commissaire de nombreuses expositions incluant Giuseppe Penone, Rober Racine, Sarkis, Nancy Spero, Dominique Blain, Françoise Sullivan, Michael Snow, Donatella Landi, Raphaëlle de Groot, ou Aude Moreau, pour ne citer que ces exemples. Commissaire d’une trentaine d’expositions d’artistes canadiens à l’étranger dont une douzaine en Italie, ainsi qu’en France, en Suisse, en Belgique, en Espagne, en Turquie, aux États-Unis et en Asie, elle a été commissaire du pavillon du Canada à la Biennale de Venise avec une exposition de David Altmejd (2007). Lors des Biennales de Venise de 2013 et 2015, elle a présenté des performances de Raphaëlle de Groot et de Jean-Pierre Aubé.

Louise Déry a obtenu le prix de la Fondation Hnatyshyn pour l’excellence de son commissariat (2007) et le Prix du gouverneur général du Canada (2014). Elle est membre de la Société royale du Canada et Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la France. Elle vit à Montréal.

David Diviney 

David Diviney est conservateur principal au Art Gallery of Nova Scotia, à Halifax.

Ses projets récents comprennent Close to the edge... The Work of Gerald Ferguson (2018), Jordan Bennett: Ketu'elmita'jik (2018), Ursula Johnson: The Festival of Stewards (2017), Thaddeus Holownia: The Nature of Nature (2017), Eleanor King: Dark Utopian (2015), Jason de Haan: Noghwhere Bodili is Everywhere Goostly (2014), et Chris Hanson and Hendrika Sonnenberg: The Way Things Are (2013).

Son intérêt pour l’art conceptuel le mène à organiser diverses expositions, dont David Askevold: Once Upon a Time in the East, une rétrospective de l’oeuvre du défunt artiste qui est d’abord présentée au Musée des beaux-arts du Canada en 2011 avant d’être déplacée à la Confederation Centre Art Gallery et au Armory Center for the Arts de Pasadena. En 2016, il organise The Last Art College: Nova Scotia College of Art and Design, 1968-1978, une exposition adaptée du roman du même titre de Garry Neill Kennedy (Cambridge: MIT Press, 2012).

Par le passé, il a été conservateur adjoint à la Southern Alberta Art Gallery et directeur du centre d’artistes Eye Level Gallery. Il a également enseigné à l’Alberta College of Art and Design, à l’Université de Lethbridge, à l’Université Thompson Rivers et au Sheridan College Institute of Technology and Advanced Learning.

M. Diviney a fait partie de la Délégation des arts visuels Asie-Pacifique 2014 du Conseil des Arts du Canada et a été membre du jury pour la remise du Sobey Art Award à trois reprises.

Sky Goodden

Sky Goodden est fondatrice et éditrice de Momus (momus.ca), une revue d’art internationale en ligne qui favorise un retour vers la « critique d’art ». Depuis sa fondation en 2014, la revue a reçu deux nominations pour des prix de critique d’art à l’échelle internationale. Sky Goodden a aussi été artiste en résidence à l’Université Concordia de Montréal en 2018-2019. Elle est titulaire d’une maîtrise en beaux-arts, spécialisée en critique et en pratique de la conservation de l’OCAD University, qui lui a décerné le prix Alumni of Influence en 2016. Elle a également publié des textes dans les revues Frieze, Art in America, Modern Painters, Canadian Art, C Magazine, National Post et Art21.

Andrea Kunard

La conservatrice associée Andrea Kunard organise des expositions sur la photographie canadienne, notamment Mouvance et mutation (2000), Susan McEachern. Multiplicité de sens (2004), Regards d'acier. Portraits par des artistes autochtones (2008), Scott McFarland. La réalité aménagée (2009), Fred Herzog (2011), Collision. Le conflit et ses conséquences (2012), Michel Campeau. Icônes de l'obsolescence (2013), La photographie au Canada, 1960-2000 (2017), Marlene Creates. Lieux, sentiers et pauses (2017) et Anthropocène (2018). Kunard a enseigné l’histoire de la photographie, l’art canadien et la théorie culturelle à l’Université Carleton et à l’Université Queen's, et a donné des conférences sur la photographie partout au Canada. Coéditrice du livre, The Cultural Work of Photography in Canada (McGill Queen’s University Press 2008), elle a également écrit des articles sur la photographie ancienne et contemporaine dans les Annales d’histoire de l’art canadien, la Revue internationale d’études canadiennes et Early Popular Visual Culture. Elle vient tout juste de lancer un important projet web, Photoreportages Canada, portant sur la collection du Service de photographie de l’Office national du film du Canada en collaboration avec Bibliothèque et Archives Canada.

Bernard Lamarche

Historien de l’art de formation, Bernard Lamarche est, depuis 2012, conservateur de l’art actuel (2000 à ce jour) au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ). Il a auparavant été conservateur de l’art contemporain au Musée régional de Rimouski, de 2005 à 2011, et critique d’art et journaliste au quotidien Le Devoir, de 1996 à 2005. Il a été commissaire de nombreuses expositions et l’auteur de plusieurs catalogues d’exposition – notamment pour Sylvain Bouthillette, Lynne Marsh, Nicolas Baier, Bonnie Baxter, Jacques Hurtubise, François Morelli et Daniel Corbeil - et articles de périodique, pour Canadian Art, Parachute, Espace art actuel, esse art + opinion, Etc and Para-Para. En 2009, il co-signait, avec Pierre Rannou, le catalogue d’exposition La Photographie hantée par la photographie spirite. En octobre 2008, il recevait le prix de la relève de la Société des musées du Québec (SMQ). Son exposition Les Matins infidèles. L’art du protocole a obtenu en 2014 le Prix de la meilleure exposition en musée, galerie universitaire ou fondation lors du Gala des arts visuels de l’AGAC à Montréal. En 2016, son exposition Installations. À grande échelle, qui inaugurait le pavillon Pierre Lassonde du MNBAQ, a remporté un prix d’excellence de la Société des musées du Québec. Plus récemment, il commissariait l’exposition Fait main / Hand Made (2018), qui réunissait une quarantaine d’artistes contemporains canadiens autour des notions d’artisanat, de culture populaire et de lowbrow. Il vient d’être nommé Responsable du développement de la collection au MNBAQ.

Leila Timmins

Leila Timmins, conservatrice d’art, supervise les expositions et les collections de la Robert McLaughlin Gallery à Oshawa, en Ontario. Cumulant plus de dix ans d’expérience en conservation, elle travaille en étroite collaboration avec les artistes et programme les expositions en tant qu’actes sociaux générateurs de débats d’idées et d’engagement collectif. Auparavant, elle a occupé le rôle de conservatrice de la Gallery 44, où elle était responsable des expositions et des programmes d’exposition, et a également travaillé à la Workman Arts, à la Gallery TPW, à la Justina M. Barnicke Gallery, au Images Festival et à la Helen and Morris Belkin Gallery. Leila Timmins a aussi enseigné au programme d’études en conservation de l’Université de l'École d'art et de design de l'Ontario. Elle détient un baccalauréat ès art avec une spécialisation en histoire de l’art de l’Université de la Colombie-Britannique ainsi qu’une maîtrise en histoire de l’art de l’Université de Toronto avec une spécialisation en photographie contemporaine canadienne. Elle siège actuellement au sein du conseil d’administration du DACHI, de la Public Arts Task Force de la ville d’Oshawa, du comité consultatif du département des beaux-arts du Collège Durham et du comité d’éducation et de mobilisation sociale de la Art Gallery of Ontario. En 2017, elle a reçu le prix Emerging Cultural Leader de l’Association des collectifs et des centres d’artistes de l’Ontario (ARCCO) et sa candidature au programme de résidence FOCUS Arts visuels a été retenue par l’Institut français de Paris. Elle est membre du regroupement Curators of Canadian Historical Art (COCHA) et est membre fondatrice du groupe de travail féministe EMILIA-AMALIA, qui a été artiste en résidence de l’Art Gallery of Ontario en 2017 et de la Mercer Union en 2018. Au cours de la prochaine année, le groupe EMILIA-AMALIA, en collaboration avec CFMDC, présentera son projet financé par le CRSH intitulé Holes and How to Fill them.